Le président costaricien met fin à la vaccination obligatoire contre le COVID-19 — RT EN

8 août 2022 18:08

Après sa victoire surprise en février de cette année, le président sortant Rodrigo Chaves met fin à l’obligation de vaccination COVID décrétée pour les employés des institutions concernées. Personnellement, il a été vacciné quatre fois et ne se décrit pas comme un opposant à la vaccination.

En février 2022 a gagné cependant, l’économiste de longue date à la Banque mondiale Rodrigo Chaves a été surpris lorsqu’il a entendu les élections législatives au Costa Rica. Se référant à la politique de santé actualisée du pays, Chaves, ainsi que le ministre de la Santé Jocelyn Chacón, ont confirmé qu’à compter d’aujourd’hui, la vaccination contre le COVID-19 ne sera plus obligatoire au Costa Rica.

En milieu de semaine dernière, le président fraîchement investi a confirmé l’ordonnance déjà annoncée en mai. Lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Santé, il a déclaré :

« A partir d’aujourd’hui, les vaccinations ne sont plus obligatoires et toute action entreprise contre quelqu’un qui ne souhaite pas être vacciné est une violation de la loi. »

Le président nouvellement élu du Costa Rica annule le mandat de vaccination : « A partir d’aujourd’hui… toute mesure prise contre quiconque refuse de se faire vacciner est contraire à la loi. »#CostaRicapic.twitter.com/hUyaN9LbW1

– Daphné (@ Kipling93624194) 8 août 2022

Le président de 60 ans a souligné en conférence de presse qu’il s’était personnellement fait vacciner contre le COVID-19 à quatre reprises afin d’informer ses compatriotes après l’annonce du règlement :

« Je me suis fait vacciner et je conseille aux gens de le faire. »

L’annonce de la réglementation faite en mai a donc été critiquée par la Commission nationale de la vaccination et de l’épidémiologie (CNVE). informations la page Q Costa Rica. De son côté, la CNVE a recommandé de maintenir les vaccinations obligatoires pour les travailleurs des secteurs public et privé. A ce jour, 82% des près de 5,1 millions d’habitants ont reçu une double vaccination.

Avec cela, Chaves a annulé le septembre 2021 par la Commission nationale de vaccination du Costa Rica régulation l’application de la vaccination COVID-19 obligatoire pour tous les employés publics, ce qui a également permis aux employeurs privés d’obliger leurs employés à se faire vacciner sur demande.

Le 11 octobre 2021, le gouvernement précédent a publié le décret exécutif n° 43249-S pour mettre cette décision en vigueur. En plus du mandat de vaccination, un code QR a été prescrit pour les citoyens qui souhaitaient entrer dans des espaces publics tels que des concerts, des hôtels ou des restaurants.

Le président Chaves a également annoncé lors de sa récente conférence de presse qu’il « enquêterait sur l’achat massif de vaccins contre le COVID à un moment où la couverture vaccinale était en baisse », a déclaré Q Costa Rica dans un autre article. « Maintenant, nous allons gaspiller je ne sais pas combien d’argent pour des vaccins qui ne sont pas utilisés et qui expirent », critiqué le président devant les journalistes.

Les voyageurs au Costa Rica n’ont pas besoin de preuve de leur statut vaccinal ou de leur assurance maladie nous faire parvenir.

Plus sur le sujet – Les cliniques traitent de moins en moins de patients – mais la proportion de cas de COVID augmente depuis le début de la vaccination

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il appartient maintenant à nous tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.





Source link