Tournée en Afrique: Lavrov félicite les pays africains pour leur indépendance sur la question ukrainienne

Sergueï Lavrov s’est rendu en Égypte dimanche dans le cadre de la première étape de sa tournée africaine, qui comprend également d’autres réunions en Éthiopie, en Ouganda et en République démocratique du Congo. Lavrov a rencontré le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi au Caire, puis s’est entretenu avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Samih Shukri. L’Egypte a pris une position neutre dans la guerre d’Ukraine. Avec les pourparlers en Afrique, le haut diplomate russe vise à contrer la campagne occidentale à grande échelle contre la Russie au milieu de la guerre en Ukraine.

Lavrov s’est adressé dimanche aux représentants des États de la Ligue arabe au Caire, réitérant la position de la Russie sur l’Ukraine et plaidant en faveur de l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine. Il a également rejeté les accusations selon lesquelles les actions de la Russie en Ukraine étaient responsables de la crise alimentaire émergente dans certaines parties du monde. Avant la session de la Ligue arabe, Lavrov a également rencontré le secrétaire général de l’organisation panarabe, Ahmed Aboul Gheit, avant de prononcer un discours devant l’organisation, qui est composée de 22 membres.

Lavrov a profité de son discours devant la Ligue arabe pour expliquer le point de vue de la Russie sur les développements en Ukraine : l’Occident avait exhorté son pays à envahir l’Ukraine, et il a accusé l’Occident d’ignorer les préoccupations de sécurité de la Russie liées à l’expansion de l’OTAN vers l’est.

Au Caire, Lavrov a assuré à son homologue égyptien, Sameh Shukri, que Moscou s’est engagé à reprendre les exportations de céréales vers l’Afrique. Lors de la conférence de presse au Caire, Lavrov a également déclaré qu’un deuxième sommet Russie-Afrique se tiendrait à la mi-2023. Le premier sommet a eu lieu en 2019 dans la ville de Sotchi, sur la mer Noire.

Dans un article publié sur le site Internet du ministère russe des Affaires étrangères, Lavrov a rejeté les accusations occidentales selon lesquelles la Russie était responsable de la crise alimentaire mondiale comme « une autre tentative de rejeter la faute ». Lavrov a salué la « voie indépendante » empruntée par les pays africains sur la question ukrainienne, s’alignant sur l’Occident pour imposer des sanctions à la Russie et les « tentatives flagrantes des États-Unis et de ses satellites européens pour imposer un ordre mondial unipolaire à la communauté internationale ». , ne se serait pas connecté. L’article a également été publié dans quatre journaux africains, selon les informations d’AP.

Moins de deux semaines plus tôt, le président américain Biden avait entrepris une tournée au Moyen-Orient, visitant Israël ainsi que la Cisjordanie occupée par Israël avant de se rendre en Arabie saoudite. Il a également participé à un sommet régional des États arabes du Golfe, de l’Égypte, de la Jordanie et de l’Irak en Arabie saoudite pour forger une alliance contre l’influence de l’Iran au Moyen-Orient et persuader l’Arabie saoudite d’augmenter la production de pétrole.

Le président sénégalais Macky Sall, qui préside actuellement l’Union africaine (UA), et le président sud-africain Cyril Ramaphosa considèrent les sanctions occidentales contre la Russie avec un grand scepticisme. Lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies s’est réunie en mars 2022 pour condamner l’opération russe en Ukraine, seuls 28 des 54 membres africains ont voté pour. 17 se sont abstenus. En Afrique, les abstentions sont perçues comme une réponse au double standard occidental en politique internationale, puisque les dirigeants occidentaux traitent les problèmes africains différemment des problèmes européens.

Plus sur le sujet – Courtiser pour plus de pétrole – Le président américain Biden a besoin de l’aide de l’Arabie saoudite dans la guerre en Ukraine



Source link