Le Japon va interdire à Poutine les funérailles nationales de l’ancien Premier ministre Abe — RT EN

Selon les médias, Tokyo veut exclure le président russe Vladimir Poutine de la cérémonie funéraire de l’ancien Premier ministre japonais assassiné Shinzō Abe, après qu’il ait déjà été mis sur liste noire par le Japon pour le conflit ukrainien.

Il est peu probable que le gouvernement japonais autorise le président russe Vladimir Poutine à assister aux funérailles nationales de l’ancien Premier ministre Shinzō Abe s’il le souhaite, a rapporté vendredi l’agence de presse japonaise Nikkei. L’ancien Premier ministre japonais Abe a été assassiné au début du mois.

Le quotidien Sankei Shimbun a cité un responsable du ministère japonais des Affaires étrangères disant que Tokyo notifiera officiellement à la Russie les funérailles nationales mais ne s’attend pas à « qu’ils viennent ». La cérémonie aura lieu le 27 septembre.

Le Kremlin avait précédemment annoncé que le président Poutine n’avait pas l’intention d’assister aux funérailles nationales, alors que la présence d’autres responsables russes « dépend du protocole ». Début mars, en réponse à l’opération militaire de Moscou en Ukraine, le Japon a inscrit plusieurs hauts responsables russes, dont le président Vladimir Poutine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, sur une liste de sanctions. La Russie a rapidement réagi de la même manière, sanctionnant un certain nombre de hauts responsables japonais, dont le Premier ministre Fumio Kishida et le ministre des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi.

Après avoir brièvement occupé le poste de Premier ministre dans les années 2000, Abe a de nouveau servi de 2012 à 2020, devenant le Premier ministre le plus ancien du pays. Il a été assassiné le 8 juillet lors d’un meeting de campagne dans la ville de Nara.

Abe avait rencontré Poutine environ 25 fois au cours de son mandat de Premier ministre. Dans sa lettre de condoléances, le président russe a décrit Abe comme « un dirigeant exceptionnel » qui « a beaucoup fait pour promouvoir les relations de bon voisinage entre nos deux pays ».

Plus sur le sujet – Après l’assassinat : Shinzō Abe est mort – les chefs d’État et de gouvernement réagissent avec choc

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link