Les autorités font état de plus de 50 morts et 100 blessés depuis vendredi — RT DE

12 juillet 2022 13:34

La situation sécuritaire en Haïti s’est récemment détériorée à nouveau. Des combats sanglants entre gangs rivaux éclatent dans la capitale, Port-au-Prince, depuis plusieurs jours. Les autorités de l’Etat des Caraïbes parlent d’au moins 50 morts et 100 blessés.

Source : AFP © RICARDO ARDUENGO

Selon un rapport du journal haïtien Le Nouvelliste, plus de 50 personnes ont été tuées et plus de 100 autres blessées dans d’âpres combats de gangs dans la capitale, Port-au-Prince. Le chef du bidonville de Cité Soleil, Joël Janéus, parlait d’au moins 52 morts et 110 blessés. Ainsi, les gangs G-9 et G-Pèp se livrent depuis vendredi dernier une âpre lutte de pouvoir dans le quartier très densément peuplé.

Selon Janéus, la plupart des blessés étaient des habitants ordinaires qui ont fui les affrontements. L’état de certains des blessés est critique. Le nombre exact de membres de gangs tués est difficile à déterminer car la plupart des corps se trouvent sur le territoire de gangs rivaux et sont brûlés.

Selon les médias, le tristement célèbre gang du G9 est dirigé par l’ancien policier Jimmy « Barbecue » Cherizier. Depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse il y a un an, les combats répétés entre gangs pour le territoire de la grande région de Port-au-Prince ont considérablement aggravé la situation sécuritaire déjà difficile dans le pays le plus pauvre du continent américain. Selon un rapport de l’organisation haïtienne de défense des droits humains RNDDH, entre le 24 avril et le 6 mai seulement, des combats entre deux gangs ont coûté la vie à 191 personnes, dont huit enfants. Selon un rapport de l’ONU de juin, le nombre d’enlèvements dans ce pays des Caraïbes aurait considérablement augmenté pour atteindre 540 cas au cours des cinq premiers mois de cette année.

Plus sur le sujet – Haïti : des membres de gangs brûlent vifs deux journalistes

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. Cela est possible car l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link