Jair Bolsonaro optimiste quant aux futurs approvisionnements en carburant « beaucoup moins chers » de la Russie — RT EN

12 juillet 2022 15h44

Dans le contexte de la crise énergétique mondiale qui se profile, le président brésilien Jair Bolsonaro annonce un accord sur l’approvisionnement en diesel depuis la Russie. Selon cela, le carburant devrait alors coûter au pays sud-américain « beaucoup moins cher ».

Source : www.globallookpress.com © IMAGO / Ton Molina / www.imago-images.de

Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré lundi qu’il était « presque certain » que son gouvernement parviendrait à un accord pour « acheter du diesel beaucoup moins cher à la Russie ». S’adressant à ses partisans, le politicien a déclaré que Petrobras et certaines autres sociétés avaient auparavant acheté le carburant à des prix « beaucoup plus élevés ».

Bolsonaro diz que o Brasil negocia importação de oleo diesel da Rússia. Pour meio de sua página no Facebook, presidente afirma que acordo com governmento russo pode baratear o produto no mercado interno. pic.twitter.com/xVqXtb3yJ5

– Roberto Barbosa (@rgbarbosa) 11 juillet 2022

Fin juin, Bolsonaro a déclaré avoir évoqué la possibilité d’acheter du gazole en Russie lors d’une conversation téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine. Le chef de l’Etat russe a proposé un « prix plus abordable ». Le président brésilien a également déclaré avoir parlé à Poutine de la sécurité alimentaire et de la sécurité énergétique des deux pays.

À l’approche de l’élection présidentielle d’octobre, Bolsonaro a assuré qu’un gouvernement travaillait pour que les importations de carburant aient le moins d’impact possible sur les prix. Le pays lutte actuellement contre une inflation de plus de 11 % au cours des 12 derniers mois. Le principal challenger du chef de l’Etat sortant est l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva.

Plus sur le sujet – Le Sri Lanka demande de l’aide à la Russie pour ses importations de carburant

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. Cela est possible car l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.





Source link