L’artillerie ukrainienne a bombardé des civils dans le Donbass – pas de protestation de l’Occident — RT DE

Avec la nouvelle attaque ukrainienne contre des cibles civiles, le gouvernement de Kyiv montre son vrai visage avec la terreur de l’artillerie dans laquelle des maisons, des écoles et des cliniques sont bombardées. Le « monde civilisé » montre peu de sympathie pour le sort des victimes.

Par Daniil Bessonow

Le 13 juin, les forces ukrainiennes ont lancé des attaques massives contre le centre-ville de Donetsk en utilisant plusieurs lance-roquettes et systèmes d’artillerie. L’équipe de la protection civile de la DPR s’est occupée d’éteindre les incendies dans toute la ville jusque tard dans la soirée. L’ampleur des bombardements est effrayante : en deux heures, 300 obus de toutes sortes tombent sur la ville. En particulier, des fusées d’artillerie de type « Grad » et « Uragan » et des canons d’artillerie de calibre OTAN de 155 millimètres ont été utilisées. Il s’agissait du bombardement le plus lourd de Donetsk depuis l’indépendance de la république, mesuré en termes d’intensité, de densité et de durée du feu. Les attaques ont tué cinq personnes et en ont blessé 35 autres sur le territoire de la République populaire de Donetsk.

L’attaque a donné l’apparence de préparer une offensive. Dans ce cas, cependant, le caractère du bombardement aurait été différent ; elle aurait été concentrée sur les zones où les forces de la milice populaire de la RPD auraient dû être repoussées. En conséquence, les attaques se seraient concentrées sur l’infrastructure militaire et non sur l’infrastructure civile. Cependant, l’incendie visait exclusivement marchésles maternités, les zones résidentielles, c’est-à-dire sur la terrorisation de la population civile.

La maternité de Vishnevsky à Donetsk a également été endommagée au cours du bombardement. La maternité a dû être fermée et les femmes ont été transférées vers d’autres structures médicales. Les hôpitaux municipaux nos 1 et 20 et les centres de premiers soins nos 7 et 8 ont également été la cible de tirs. Les installations scolaires avaient déjà été détruites lors d’attaques précédentes.

Le chef de la commission d’enquête russe, Alexander Bastrykin, a ordonné l’identification des personnes impliquées dans le bombardement de Donetsk. L’Occident, cependant, a réagi différemment aux événements.

ARD blâme la Russie

Des journalistes allemands sur place ont également rapporté que les bombardements provenaient apparemment du côté ukrainien. Les responsables de l’ONU ont exprimé leur inquiétude au sujet de l’incident et ont exprimé leur inquiétude. Le représentant du Secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que les attaques contre des installations médicales étaient inacceptables et constituaient une violation flagrante du droit international.

Ce qui est cependant inquiétant, c’est qu’après huit ans de guerre et de bombardements de zones résidentielles dans le Donbass et de persécution des dissidents en Ukraine, l’ONU se borne à déclarer que Kyiv a violé de manière flagrante le droit international. En conséquence, les attentes de cette organisation sont devenues modestes. L’attaque ukrainienne n’aura aucune conséquence, personne ne sera tenu pour responsable par la communauté internationale. Seule une victoire militaire permet à ceux qui restent sur le champ de bataille d’être jugés selon la loi.

Plus sur le sujet – À quoi ressemblera la défaite stratégique des forces ukrainiennes dans le Donbass ?

Traduit de la russe

Daniil Besonov est le premier vice-ministre de l’information de la République populaire de Donetsk. Il est diplômé de l’Académie du Ministère des affaires intérieures de l’Ukraine en 2005 et a travaillé comme avocat dans la région de Kyiv. En avril 2014, en désaccord avec la politique post-coup d’État de Kiev, il a déménagé à Donetsk. Il ont pris au début du conflit ukrainien sous le nom de radio « Goodwin » a participé aux batailles de Slaviansk, aux raids de reconnaissance et à l’entraînement au combat des officiers de la milice. En plus de son poste au ministère de l’Information de la RPD, il occupe également un poste non officiel Chaîne sur Telegram, où il partage des articles de commentaires (les siens et ceux d’autres auteurs) et des nouvelles de diverses sources. Il écrit également des commentaires exclusivement pour RT.

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il appartient maintenant à nous tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.

RT DE s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les messages d’invités et les articles d’opinion ne doivent pas nécessairement refléter le point de vue de l’éditeur.



Source link