VW propose aux travailleurs de l’usine de Nizhny Novgorod de démissionner volontairement — RT EN

9 juin 2022 12 h 48

Volkswagen a proposé à ses employés de l’usine de Nizhny Novgorod la possibilité de démissionner volontairement en juin et de percevoir en retour plusieurs mois de salaire. Cela a été rapporté par le journal russe Kommersant, citant une lettre des syndicats adressée au responsable des ressources humaines de Volkswagen Group Rus.

Source : Spoutnik © Oleg Soloto

La lettre indique que les travailleurs qui résilient volontairement leur contrat de travail avant le 17 juin recevront six mois de salaire. S’ils démissionnent avant le 29 juin, ils recevront cinq mois de salaire. Environ 200 employés ont été touchés, a rapporté le journal Kommersant, citant des informations syndicales. Volkswagen Group Rus a confirmé cette information et a indiqué qu’il proposait une compensation financière et une assurance maladie jusqu’à la fin de l’année aux employés qui souhaitaient quitter l’entreprise. Dans le même temps, l’entreprise souligne qu’il n’y a « pas de licenciements massifs » à Nizhny Novgorod. La marque VW ne veut pas quitter le marché, selon des sources du journal.

En raison des sanctions et de la défaillance des chaînes d’approvisionnement, certains grands constructeurs automobiles, dont Volkswagen, ont suspendu leurs activités en Russie pour le moment. De plus, fin mai, des sanctions américaines contre le groupe GAZ sont entrées en vigueur, rendant pratiquement impossible la production de voitures étrangères à Nizhny Novgorod. Les véhicules de la marque Volkswagen sont également assemblés dans les halls de l’usine GAZ.

Le 3 mars, Volkswagen a annoncé la fermeture de ses activités en Russie. Depuis lors, les usines de Nizhny Novgorod et de Kalouga sont inactives. Selon les médias, les employés sur place perçoivent actuellement une indemnité s’élevant aux deux tiers de leur salaire.

Plus sur le sujet – Rapport des médias : Volkswagen pourrait recommencer à produire en Russie cet été

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link