Les services de renseignement ukrainiens retiennent en otage la fille du commandant du Donbass — RT EN

La vague de terreur qui s’est emparée de l’Ukraine depuis le début de l’intervention militaire russe fin février ne s’est pas arrêtée. Aujourd’hui, de nouveaux cas d’enlèvement de proches d’officiers de la République populaire de Donetsk sont connus.

Vladimir Demchenko est le commandant adjoint d’une unité des forces armées de la République populaire de Donetsk. Vendredi, l’agence de presse RIA Novosti a rapporté que les services secrets ukrainiens SBU avaient enlevé la fille de Demchenko à la mi-avril afin de forcer le personnel militaire à coopérer avec la partie ukrainienne.

Demchenko, s’adressant à des journalistes, a rapporté que le 16 avril, il avait reçu un message via Telegram de sa fille, dans lequel elle lui demandait d’appeler. Demchenko a essayé, mais n’a pas réussi. Puis un autre message est arrivé :

« Papa, ils m’ont emmené à cause de toi. Ils te contacteront demain à 23h. »

Concernant la poursuite de la tentative de recrutement, l’officier du DVR a déclaré :

« Le soir du 17 avril, j’ai été contacté. Quand j’ai demandé qui représentaient les appelants, on m’a répondu : ‘Nous représentons les opérations spéciales.' »

S’il refuse de coopérer avec le SBU, Demchenko a été menacé « qu’elle ne sera pas ce que vous voudriez qu’elle soit ».

Selon Demchenko, une coopération ne s’est pas concrétisée. Le contact a alors été rompu. Les tentatives pour retrouver la fille sont restées vaines depuis lors. Elle n’est pas officiellement en garde à vue, et l’arrestation n’est pas officiellement enregistrée auprès des services secrets du SBU. Les tentatives non officielles pour clarifier sa localisation ont également échoué : Demchenko estime que sa fille ne se trouve dans aucune prison officielle, pas même dans celles relevant du SBU. Elle a disparu sans laisser de trace.

L’officier a contacté le bureau du procureur général de la République populaire de Donetsk, qui a ouvert une enquête pénale pour l’enlèvement. Comme le rapporte RIA Novosti, en plus de la fille de Demchenko, son gendre a également été kidnappé.

Auparavant, la médiatrice républicaine Darya Morozova avait déclaré que depuis le début de l’opération militaire russe, les services spéciaux ukrainiens kidnappaient constamment des proches de soldats et d’activistes de la RPD. Selon elle, ils sont détenus dans des prisons secrètes et torturés.

« Avec le début de l’opération spéciale, les enlèvements pour des raisons idéologiques (en Ukraine – ndlr) ont non seulement augmenté à nouveau, mais sont également répandus. Des cas d’enlèvements de mineurs ont également été enregistrés. En ce moment, j’ai un certain nombre d’appels des proches des personnes kidnappées en Ukraine », a déclaré Morosova aux journalistes jeudi.

RT DE avait depuis la mi-mars à plusieurs reprises sur la disparition sans trace personnalités bien connues de l’opposition à Kyiv et dans d’autres villes ukrainiennes. À quelques exceptions près, le sort de ceux dont nous avons signalé les enlèvements reste inconnu. Le nombre de cas connus est de plusieurs centaines de personnes.

Plus sur le sujet – Kyiv : Des membres éminents de l’opposition disparaissent sans laisser de trace

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link