La Turquie se propose comme voie alternative de transit du gaz vers l’UE

La Turquie pourrait devenir un point de transit pour l’approvisionnement en gaz russe des pays de l’UE, a annoncé jeudi le vice-ministre turc de l’Énergie et des Ressources naturelles, Alparslan Bayraktar, lors d’un discours au Forum de l’énergie à Bakou. Il a dit:

« La Turquie veut utiliser toutes les infrastructures de production nationale dans le cadre de la consommation intérieure et du transport du gaz vers les marchés étrangers, y compris européens, pour les fournisseurs existants via les gazoducs de l’Azerbaïdjan, de la Russie et de l’Iran ».

Selon Bayraktar, Ankara pourrait également aider à faire transiter l’énergie du Turkménistan, de l’Irak et de la Méditerranée.

La Russie est l’un des principaux fournisseurs de gaz de la Turquie, représentant environ la moitié des importations du pays. Le carburant sera fourni par le groupe russe Gazprom via les pipelines Turkish Stream et Blue Stream.

Le pipeline offshore à deux chaînes Turkish Stream a été mis en service en 2020. Il a été construit comme une alternative au gazoduc South Stream après que la Bulgarie a abandonné le projet en 2014 et a une capacité totale de 31,5 milliards de mètres cubes. Le gaz russe est pompé vers la Turquie par l’un des gazoducs, tandis que l’autre alimente les pays du sud et du sud-est de l’Europe.

Plus sur le sujet –Ankara : Si Israël veut exporter du gaz vers l’Europe, le seul marché est la Turquie



Source link