Leonid Slutsky élu nouveau chef de la faction LDPR — RT EN

18 mai 2022 11:44

Mercredi, le politicien de 54 ans Leonid Slutsky a été élu nouveau chef de faction du Parti libéral démocrate russe (LDPR) à la Douma d’État. Cela fait de lui le successeur de Vladimir Zhirinovsky, décédé début avril.

Source : Spoutnik © Evgeny Biyatov

Leonid Slutsky a été officiellement élu mercredi à la tête de la faction LDPR à la Douma d’Etat. Le politicien avait déjà dirigé le groupe parlementaire en tant que son adjoint après la mort de Vladimir Shnirinovsky. Le 17 mai, les députés de la Douma d’État ont approuvé la résiliation anticipée des pouvoirs de Jirinovski.

Sur Telegram, Slutsky a remercié ses camarades du parti. « Je remercie mes collègues pour leur confiance », a-t-il écrit. Agé de 54 ans, il est député à la Douma d’Etat pour le parti LDPR depuis 2000 et président de la commission des affaires internationales depuis 2016. Entre autres choses, il travaille actuellement comme négociateur pour la délégation russe, qui négocie avec l’Ukraine depuis plusieurs semaines. Les délégations se sont récemment rencontrées en personne en Biélorussie et en Turquie.

Zhirinovsky est décédé début avril à l’âge de 75 ans après une longue et grave maladie. Un nouveau chef de parti doit être élu le 27 mai. Selon les médias, Slutski pourrait également occuper ce poste.

En Russie, Slutsky est connu, entre autres, pour des allégations de harcèlement sexuel. En 2018, plusieurs journalistes se sont plaints du comportement indécent du député. Le comité d’éthique de la Douma d’État a traité cette affaire, mais n’a constaté aucune violation des normes de comportement dans ses actions. Un peu plus tard, Sluzki s’est excusé sur Facebook auprès de toutes les femmes à qui il avait « causé du mal ».

Plus sur le sujet – Russie : Vladimir Jirinovski décède à l’âge de 75 ans

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il appartient maintenant à nous tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link