Le gouvernement fédéral veut limiter les sanctions inconstitutionnelles de Hartz – La CDU trouve que cela manque de solidarité – RT DE

La coalition des feux tricolores vise un assouplissement des sanctions Hartz IV, longtemps qualifiées d’inconstitutionnelles. Lors de la première lecture au Bundestag, il est apparu que l’opposition pouvait difficilement offrir une critique plus variée du changement.

Le gouvernement fédéral veut suspendre temporairement les sanctions pour « manquements au devoir » pour les bénéficiaires de l’allocation de chômage II – également connue sous le nom de « Hartz IV ». Le Bundestag à Berlin a tenu vendredi une première lecture sur les plans correspondants du SPD, des Verts et du FDP.

Jusqu’à présent, il est prévu de suspendre les sanctions pour manquements aux devoirs des allocataires de l’allocation chômage II au moins jusqu’à fin 2022. La suspension est expressément conçue comme une étape intermédiaire jusqu’à l’introduction de l’allocation citoyenne prévue, qui est destinée à remplacer Hartz IV dans sa forme actuelle.

Le gouvernement fédéral souligne qu’il n’y a pas d’alternative à la nouvelle réglementation légale. La Cour constitutionnelle fédérale avait déjà réclamé un nouveau règlement en 2019, a été appelé ce. En fait, la Cour constitutionnelle fédérale a dû déterminer en 2019 ce que le législateur aurait dû savoir il y a longtemps : des coupes de plus de 30 % du – déjà très lent prévues – les besoins standards des demandeurs d’emploi sont inconstitutionnels.

Les écarts par rapport aux dispositions de grande portée sont considérés comme des violations des exigences. Ceux-ci incluent la nécessité d’être sur le lieu d’inscription sauf quelques jours par an – quels que soient les jours fériés ou, par exemple, les besoins de soins familiaux arrêter. Se (re)présenter régulièrement à Pôle Emploi, ce qui est souvent associé à d’immenses files d’attente, notamment en milieu urbain. Accepter des emplois indignes ou suivre des formations rarement efficaces mais coûteuses.

Sanctions à 100 % par la porte dérobée : une fois de plus, nous recevons un appel à l’aide parce que l’intégralité #Hartz IV à retirer à bref délai. Ici, les Pôle emploi parlent de « manque de coopération » et puis ça passe en un rien de temps.

— Helena Steinhaus (@SteinhausHelena) 29 avril 2022

Selon les informations, seule une minorité de bénéficiaires de Hartz IV enfreignent les règles. Dans le même temps, selon la plateforme « Sanktionsfrei », les employés de Pôle Emploi font tellement d’erreurs dans les avertissements qu’une objection des personnes concernées doit souvent être reconnue.

Cependant, même après près de 15 ans de Hartz IV, les politiciens n’ont pas été en mesure de prouver que le système de sanctions remplit des objectifs socialement souhaitables. Comme les juges de la Cour constitutionnelle fédérale l’ont découvert en 2019, ce type de système pénal ne signifie pas que les demandeurs d’emploi peuvent obtenir un nouvel emploi à partir duquel ils peuvent subvenir à leurs besoins plus rapidement. Même en 2022, la sortie de Hartz IV est très difficile et échoue moins à cause d’un manque de coopération de la part des demandeurs d’emploi.

Est-ce à cela que ressemblent les vraies perspectives ? ⌛25% des stages se sont terminés en 2019 #Travail temporaire.⌛Plus d’un démarrage sur trois #Hartz IV est inférieur à 6 mois.⌛Environ un début de travail sur 2 ne donne pas droit à l’allocation Hartz IV car le salaire est trop bas. pic.twitter.com/3HbVpoxiNx

— Sans sanction (@sanction-free) 4 avril 2022

syndicats et les organismes de bienfaisance ont souligné à plusieurs reprises que l’objectif principal doit être de sortir les gens de la très situation précairen conseillé d’avoir besoin de Hartz IV. Les propositions, telles que des contrats de travail décents avec une rémunération appropriée – au lieu de limitations répétées et de sous-cotation du salaire minimum, qui a été fixé bien en dessous du seuil de pauvreté pendant des années (dumping salarial) – ne sont pas nouvelles à cet égard.

Parmi les apparemment des prix qui augmentent sans cesse des coûts énergétiques jusqu’à les courses gémissent même les salariés moyens. Les politologues et les économistes soulignent depuis longtemps, et surtout dans le contexte de l’énorme taux d’inflation, que bon nombre de personnes pourraient également s’appauvrir répercussions sociétales aurait ça aussi pas souhaitable économiquement sont. D’autant plus que le la cohésion sociale était déjà menacée avant la hausse record de l’inflation.

Comme l’a dit la coalition des feux de circulation, la possibilité de retenues sur les allocations devrait être maintenue sous une forme limitée jusqu’à la mi-2023, si un bénéficiaire de la sécurité de base manque des rendez-vous à Pôle emploi. D’ici là, cependant, il ne devrait être possible de réduire les performances que jusqu’à 10 %. Selon le projet, le moratoire sur les sanctions entraînera des dépenses supplémentaires indirectes en allocations de subsistance d’environ 12 millions d’euros en 2022. Sur ce montant, environ 11,6 millions d’euros iraient au gouvernement fédéral et environ 0,4 million d’euros aux municipalités.

La députée de gauche Jessica Tatti a critiqué le plan du gouvernement fédéral comme un « paquet trompeur » parce que le feu de circulation dans accord de coalition avait annoncé un moratoire d’un an sur les sanctions précédentes. Si tel était le cas, il faudrait les supprimer complètement.

Les objections venaient d’une direction complètement différente Union étroitement liée à l’économie. Leur argument populaire emploisqui sert à justifier l’emploi précaire dans un pays riche même en temps de crise, est rarement tenable.

Malgré le détournement de l’argent des impôts par divers politiciens de l’Union à une échelle beaucoup plus grande, qui est devenu connu ces dernières années a tenté c’est le représentant de la CDU Kai Whittaker au Bundestag avec un argument soi-disant social. Difficile d’expliquer à une travailleuse vendeuse d’Aldi qu’elle devrait subventionner « ces gens » qui « refusent obstinément de faire preuve de solidarité ».

Comme Whittaker, la vendeuse d’Aldi et d’autres travailleuses et citoyens pourtant nécessiteux expliquerait que même les grandes entreprises représentées par l’Union sont en forme de subventions ainsi que le chômage partiel bénéficie énormément du budget public avantages ont, dans certains cas même pas les travailleurs indépendants verser – et ce n’est qu’ainsi que des dividendes d’une valeur de plusieurs milliards pourraient être distribués à des personnes déjà très riches – mais le jeune politicien l’a laissée ouverte.

Plus sur le sujet – Forte inflation : les politologues mettent en garde contre l’appauvrissement des pauvres

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. Cela est possible car l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.





Source link