« Inacceptable et scandaleux » – La Turquie réitère ses inquiétudes concernant l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN — RT EN

Le ministère turc des Affaires étrangères a réitéré les critiques du président Erdogan concernant l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN lors d’une réunion de l’OTAN. Le ministre luxembourgeois des affaires étrangères, quant à lui, est convaincu que les réserves de la Turquie seront levées.

La Turquie a réitéré ses réserves quant à l’admission de la Finlande et de la Suède dans l’OTAN, tout en signalant sa volonté de dialoguer. Son pays a toujours été favorable à une « politique de la porte ouverte », a déclaré samedi soir le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu avant des consultations avec les ministres des Affaires étrangères des Etats de l’alliance à Berlin, selon un rapport de l’agence de presse turque Anadolu. Le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto et la ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde ont assisté aux délibérations à Berlin en tant qu’invités.

La Finlande et la Suède soutiendraient des « organisations terroristes » telles que le Parti des travailleurs kurdes PKK interdit et la milice kurde YPG en Syrie et s’entendraient avec eux. Ceux-ci attaqueraient les troupes turques et tueraient des gens.

« Par conséquent, il est inacceptable et scandaleux que nos amis et alliés soutiennent cette organisation terroriste. Et à cause de notre lutte contre cette organisation terroriste, il y a eu des restrictions à l’exportation sur les produits industriels de défense que nous importons d’alliés et de certains pays envisageant de rejoindre l’OTAN  » , il a dit.

La majorité de la population turque est donc contre l’admission de ces deux Etats à l’Otan, « et ils nous appellent à la bloquer », a déclaré Cavusoglu. Nous devrons parler de ces choses – « avec nos alliés de l’OTAN ainsi qu’avec ces pays ». Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait auparavant provoqué des troubles dans l’alliance militaire avec des déclarations négatives sur l’éventuelle adhésion à l’OTAN de la Finlande et de la Suède.

La Finlande et la Suède voisine sont déjà des partenaires proches de l’OTAN, mais n’en sont pas encore officiellement membres. Cependant, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché un intense débat au sein de l’OTAN dans les deux pays. Dans le même temps, Bruxelles a signalé sa volonté d’accepter rapidement les deux États dans l’OTAN. Maintenant, les deux pays sont sur le point de soumettre une demande officielle d’admission.

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, a appelé la Turquie à renoncer à sa résistance à l’éventuelle admission de la Suède et de la Finlande. « Si les deux pays veulent cela, et cela semble aller dans ce sens, alors aucun des 30 pays ne peut s’y opposer », a déclaré Asselborn samedi, faisant référence aux 30 Etats membres de l’alliance militaire.

Dans le même temps, Asselborn était convaincu que les réserves d’Ankara pourraient être surmontées. L’alliance se développera grâce au président russe Vladimir Poutine, a-t-il déclaré. Il en est convaincu. « L’OTAN évolue de la mort cérébrale en 2019 à la renaissance en 2022. »

Après l’annonce officielle des plans d’adhésion, le Kremlin a mis en garde contre l’élargissement de l’OTAN aux frontières russes. L’attaché de presse du président russe a rappelé que cela ne rendrait pas le continent plus stable et plus sûr faire voudrais.

Le ministère russe des Affaires étrangères avait averti que si la Finlande et la Suède rejoignaient l’Alliance de l’Atlantique Nord, elles deviendraient une zone de confrontation entre l’OTAN et la Russie.

Moscou a également averti que la Russie serait obligée de prendre des contre-mesures saisiry compris des mesures militaires et techniques, si la Finlande rejoignait l’OTAN.

Plus sur le sujet – A cause de « l’agression russe »: la Suède envisage de doubler ses forces armées d’ici 2030

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il appartient maintenant à nous tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link