« Déclaration fasciste » – Réactions à l’appel de Morawiecki à « éliminer le monde russe » — RT EN

Le Premier ministre polonais Morawiecki a décrit l’idéologie du « monde russe » comme un cancer qui doit être éradiqué. Les réactions de la Russie à cette attaque ne se sont pas fait attendre – c’était « fasciste, haineux et criminel ».

Un certain nombre d’hommes politiques et d’experts russes ont vivement critiqué les récents commentaires du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki sur la Russie. Irina Yarovaya, vice-présidente de la Douma d’Etat russe, a qualifié de crime son désir d' »anéantir le monde russe ». Selon elle, « l’étendue de la russophobie dépasse l’échelle de tous les baromètres ». Le service de presse du parti au pouvoir « Russie unie » a cité Yarovaya disant :

« La déclaration fasciste du Premier ministre polonais n’est pas seulement une honte personnelle, mais aussi une trahison de la mémoire de milliers de Polonais assassinés par Hitler et Bandera, ainsi que de milliers de Polonais secourus par des soldats soviétiques. C’est un Crime. »

Morawiecki, qui avait auparavant comparé à plusieurs reprises le président russe Vladimir Poutine au dirigeant nazi Adolf Hitler et au dictateur soviétique Josef Staline, est allé si loin dans une interview accordée au journal britannique The Telegraph. réclamationle chef de l’Etat russe est « encore plus dangereux ».

Le soi-disant « monde russe » est une idéologie impérialiste, « l’équivalent du communisme et du nazisme du XXe siècle », avec laquelle la Russie « justifie des droits et des privilèges inventés pour son pays », a souligné Morawiecki. Il a en outre décrit le nationalisme russe comme « un cancer qui non seulement afflige la majorité de la société russe, mais constitue également une menace mortelle pour toute l’Europe ». Morawiecki littéralement :

« Par conséquent, soutenir l’Ukraine dans sa lutte militaire contre la Russie ne suffit pas. Nous devons complètement éradiquer cette nouvelle idéologie monstrueuse. »

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a également commenté l’attaque du Premier ministre polonais. « C’est la quintessence de la haine des Russes, qui a probablement, comme des métastases, infecté toute la politique polonaise, toute la direction polonaise et, à notre grand regret, la société polonaise à bien des égards », a déclaré Peskow.

Le président de la commission des affaires internationales de la Douma d’État Leonid Slutsky a tiré sur son Chaîne de télégramme un parallèle historique avec la Seconde Guerre mondiale :

« Les déclarations de Morawiecki rappellent la rhétorique du Troisième Reich. Je voudrais lui rappeler que les premières personnalités qui voulaient anéantir le monde russe, et parmi elles il y avait des personnalités bien plus puissantes que le Premier ministre, se sont retrouvées dans le quai du tribunal de Nuremberg. »

L’analyste politique Ruslan Balbek a souligné à RT que l’effacement du monde russe a toujours été un désir de l’Occident. Il expliqué:

« Le Premier ministre polonais n’a rien dit de nouveau. L’Occident essaie de détruire le monde russe depuis mille ans. La seule menace que nous leur faisons peser est que nous ne sommes pas prêts à plier les genoux et à nous présenter comme les vassaux des politiciens occidentaux. . »

L’expert a ironisé sur les chances de succès du Premier ministre polonais. En conséquence, Morawiecki justifiera l’échec de son projet par « certaines circonstances » et « force majeure » dans ses futurs mémoires.

Plus sur le sujet – La Pologne comme bouclier américain et pointe contre la Russie (partie 2)

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. Cela est possible car l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link