L’UE prévoit des expropriations de Russes même en l’absence de crime — RT EN

L’Union européenne veut permettre aux États membres d’exproprier et de vendre les avoirs des « oligarques russes » sans procès et sans que l’intéressé ne devienne personnellement coupable de quoi que ce soit. Selon « Politico », des propositions de réglementations appropriées sont en cours d’élaboration.

Comme le journal américain Politico annoncé mercredi, Bruxelles veut permettre aux pays de l’UE d’exproprier et de vendre des actifs gelés par les sanctions. Une base juridique doit être créée avec laquelle les Russes (officiellement : les « oligarques russes ») peuvent être expropriés sans qu’une infraction pénale ait été prouvée ou qu’un juge ait rendu un verdict contre eux.

La Commission européenne présentera une proposition de règle, rapporte Politico, citant deux responsables familiers avec le plan. Cela vise à aider les pays de l’UE à confisquer les avoirs gelés en vertu des sanctions contre la Russie. La proposition, attendue dans deux semaines, ferait du « contournement des sanctions » un « crime de l’UE ». Cette décision, à son tour, donnerait aux pays la base juridique pour saisir les avoirs gelés, ont déclaré des responsables.

La mesure serait basée sur une clause du traité de l’UE qui permet aux pays de l’UE, en consultation avec le Parlement européen, de « fixer des règles minimales pour la définition des infractions pénales et des sanctions dans les domaines de la criminalité particulièrement grave avec un lien transfrontalier ». dimension frontalière ».

Selon les dernières données d’avril, les États membres de l’UE ont saisi des actifs totalisant environ 30 milliards d’euros, dont des yachts, des villas et des œuvres d’art appartenant à des personnes sanctionnées et à des entités russes.

La situation juridique actuelle ne permet pas la confiscation des avoirs sans faute individuelle constatée par le tribunal. Bien que le législateur allemand en 2017 ait considérablement élargi les possibilités de confiscation et de confiscation en droit pénal (la confiscation et la confiscation sont également possibles sans détermination de l’infraction pénale dans un jugement, le délai de prescription ne s’applique plus, etc.), mais la condition préalable est toujours que la personne concernée a obtenu le bien confisqué à la suite d’une infraction pénale.

Des politiciens européens en Allemagne, par exemple le Premier ministre de Thuringe Bodo Ramelow (Die Linke) ou le vice-président du groupe parlementaire FDP Alexander Graf Lambsdorff, appellent à l’expropriation des actifs à la seule condition que cela (dans le cas de la plupart  » des « oligarques » russes voire d’anciens) ressortissants russes, ce qui se rapproche de l’instauration de la responsabilité familiale et du principe de culpabilité collective fondé sur des critères de filiation.

Alexander Graf Lambsdorff exprimé en mars à la FAZ, on aurait eu « une compréhension très juridique des sanctions ». Certains oligarques russes ont d’énormes propriétés immobilières à Berlin et cela permet aux libéraux de développer des idées communistes :

« Si nous ne savons pas d’où provient l’argent qui a financé la propriété X, nous réquisitionnerons la propriété X. »

Un responsable a déclaré à Politico que la proposition actuelle de la Commission européenne « élargirait les options juridiques pour confisquer des avoirs sans condamnation ». Jusqu’à présent, les sanctions ont permis de geler les avoirs des « oligarques russes ». À l’avenir, ils veulent exproprier définitivement les avoirs gelés sans procès ni condamnation.

La question de savoir quoi faire avec les actifs ou le produit de ceux-ci incombe aux pays de l’UE, ont déclaré des responsables, ajoutant que les discussions se poursuivaient sur l’opportunité de détourner ces fonds vers l’Ukraine.

Plus sur le sujet – À un moment donné, le col éclate : jusqu’où va la patience des Russes-Allemands ?

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. Cela est possible car l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link