Un diplomate russe montre une photo nazie publiée par Zelensky – Sky News interrompt immédiatement l’interview — RT DE

Selon le diplomate russe Dmitry Polyansky, une émission sur la chaîne de télévision britannique Sky News s’est terminée après avoir montré une photo avec un symbole nazi que le dirigeant ukrainien Vladimir Zelenskyy a publiée sur sa chaîne Telegram, puis supprimée.

Dmitry Polyansky, vice-ambassadeur de Russie auprès de l’ONU, a déclaré que la chaîne de télévision britannique Sky News avait un entrevue s’est terminé avec lui brusquement après avoir montré une photo avec un symbole nazi précédemment publiée par le président ukrainien.

Vladimir Zelensky l’avait image lundi, le « Jour de la victoire » de l’Union soviétique sur l’Allemagne d’Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale, entre autres sur sa chaîne officielle Telegram. Le diplomate russe a écrit lundi sur Telegram :

« La réaction du modérateur ? Il a rapidement mis fin à la conversation en marmonnant que notre temps était soudainement épuisé, et que ‘Sky News’ n’a pas pu vérifier cette information. »

Il ajouta:

« Tant pis pour la liberté d’expression en Occident… Ils n’ont pas besoin de la vérité ! Désormais, ils réfléchiront cent fois avant d’inviter des diplomates russes en direct !

Dans une interview accordée à Sky News, on a demandé à Polyansky, entre autres, s’il était d’accord pour dire que les troupes russes en Ukraine « déshonorent leurs grands-pères qui se sont battus contre les nazis » et que leurs actions « reflètent le fascisme ».

Polyansky a qualifié cette affirmation de « blasphématoire ». Il a ajouté que c’était « absolument désastreux et éhonté ce que fait le Royaume-Uni en ce moment, oubliant tout ce pour quoi nous nous sommes battus ».

Le diplomate russe a ensuite sorti une tablette et a montré une capture d’écran d’un message désormais supprimé du président ukrainien sur les réseaux sociaux. Le « jour de la victoire », le 9 mai, Zelensky a publié une photo d’un combattant ukrainien portant un insigne de tête de mort porté par une unité d’élite SS allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Lorsque le modérateur était sur le point d’objecter, Polyansky a dit: « Ne m’interrompez pas, monsieur, s’il vous plaît. » Il continua et posa la question :

« Savez-vous que cette division ‘Totenkopf’ était responsable du meurtre de 100 Britanniques en France au début de la Seconde Guerre mondiale ? »

Cela signifie donc, a poursuivi Poljanski, que le Royaume-Uni « soutient maintenant les autorités ukrainiennes qui affichent des symboles nazis le ‘Jour de la Victoire’. Et ces symboles nazis ont été utilisés par les mêmes régiments qui ont tué des Britanniques. Ce n’est pas un peu bizarre ? »

Le modérateur a ensuite déclaré que le temps était écoulé et a mis fin à l’interview. Il a ajouté que la chaîne ne pouvait pas vérifier de manière indépendante les affirmations de Polyansky.

La photo du combattant avec l’insigne du crâne et des os croisés de la 3e division SS Panzer a également été publiée par le ministère ukrainien de la Défense sur le service de messages courts Twitter et a ensuite été également supprimée.

Moscou a précédemment déclaré que les troupes russes avaient capturé des combattants portant des tatouages ​​et des insignes nazis lors de l’opération militaire en Ukraine. Selon plusieurs rapports, il y a des combattants aux opinions ouvertement néonazies dans le bataillon Azov en Ukraine.

Plus sur le sujet – Springer-Blatt ne peut pas identifier les nazis sur une photo du régiment d’Azov avec des symboles SS

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.





Source link