L’UE veut emprunter pour l’Ukraine — RT EN

Selon un article du journal « Politico », Bruxelles envisage d’émettre une obligation d’une valeur de 15 milliards d’euros pour financer les dépenses du gouvernement ukrainien. Selon Kiev, ses besoins financiers mensuels s’élèvent à cinq milliards d’euros.

L’Union européenne (UE) prévoit de financer les dépenses courantes du gouvernement à Kiev pendant au moins trois mois, selon un rapport publié lundi dans l’édition Europe de Politico. Le magazine, connu pour ses reportages sur l’UE, s’appuie sur les déclarations de plusieurs diplomates anonymes. Les 15 milliards d’euros seraient donc levés via une nouvelle émission obligataire basée sur le modèle d’aide COVID-19.

Le président ukrainien Vladimir Zelensky a déclaré au Fonds monétaire international (FMI) qu’il avait besoin de 7 milliards de dollars par mois pour financer les salaires, les retraites et les autres dépenses gouvernementales. Les USA avaient donc promis de fournir un tiers de cette somme pour les trois prochains mois. L’UE veut combler la différence avec des obligations spéciales, rapporte politique.

La Commission européenne aurait informé vendredi les ambassadeurs des pays membres du plan, selon une source de Politico. En conséquence, le plan prévoit l’émission d’obligations avec des garanties des États membres de l’UE.

Le schéma est calqué sur BIEN SUR , un programme de l’UE qui a levé 100 milliards d’euros d’aide aux citoyens de l’UE qui ont perdu leur emploi en raison des confinements imposés à la suite de la situation de la COVID-19. Cette dette a ensuite été titrisée sous forme d’obligations avec des maturités de 5 à 30 ans. « Chaque fois qu’il y a un problème d’argent, c’est SÛR! », a déclaré Politico, citant un diplomate.

Le plan pourrait être dévoilé dès le 18 mai et au moins trois pays – dont l’Autriche, l’Allemagne et la Grèce – ont posé des questions sur les options alternatives, a indiqué la source. Ils auraient espéré que des pays non membres de l’UE comme le Japon, la Norvège et le Royaume-Uni « contribueraient » également afin que l’UE ait moins de dettes à supporter. La France aurait également suggéré que les dirigeants européens discutent de la question lors d’un sommet fin mai.

Pendant ce temps, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a une autre option pour financer la reconstruction de l’Ukraine suggéré: la confiscation des réserves de change de la Russie, actuellement gelées en raison des sanctions de l’UE.

Borrell a cité l’exemple de Washington, qui a confisqué des fonds de la banque centrale afghane après le retrait des États-Unis d’Afghanistan et la prise du pouvoir par les talibans. Il est « plein de logique » d’utiliser les actifs russes de la même manière, a déclaré Borrell dans une interview au Financial Times publiée lundi.

En février, le président américain Joe Biden a confisqué la moitié des 7 milliards de dollars d’actifs de la banque centrale afghane détenus par les institutions financières américaines au motif que l’argent serait utilisé pour indemniser les victimes des attentats terroristes du 11 septembre 2001. L’autre moitié devrait « bénéficier au peuple afghan et à l’avenir de l’Afghanistan », bien qu’il n’ait pas été précisé de quelle manière.

Le journal américain New York Times a qualifié cette décision de « très inhabituelle », les talibans l’ont dénoncée comme un vol, et même l’ancien président afghan soutenu par les États-Unis, Hamid Karzai, l’a qualifiée d' »injuste et injuste et d’atrocité contre le peuple afghan « . .

Plus sur le sujet – La Banque d’Angleterre met en garde contre le choc des prix de l’énergie

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. C’est possible parce que l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link