L’armée israélienne tue un journaliste lors de l’assaut d’un camp de réfugiés — RT EN

Les forces israéliennes ont abattu un journaliste d’Al Jazeera en Cisjordanie occupée par Israël, selon le ministère palestinien de la Santé. Shirin Abu Akleh était de service mercredi pour rendre compte d’un raid israélien sur un camp de réfugiés dans la ville de Jénine.

Les forces israéliennes ont abattu mercredi un journaliste d’Al Jazeera en Cisjordanie occupée par Israël, selon le ministère palestinien de la Santé. Elle était de service pour couvrir un raid israélien sur un camp de réfugiés dans la ville de Jénine. Shirin Abu Akleh est décédée mercredi et un deuxième journaliste, Ali Samodi, a été blessé, a-t-il ajouté.

Abu Akleh a été hospitalisé dans un état critique, selon le ministère et d’autres journalistes d’Al Jazeera. Bien qu’elle portait un gilet étiqueté « Presse » lorsqu’elle a été déployée, elle a été touchée à la tête par une balle.

Abu Akleh était un « journaliste très respecté » qui avait travaillé avec Al Jazeera depuis le début de la deuxième Intifada palestinienne en 2000. La chaîne de télévision basée au Qatar, Al Jazeera, fait maintenant de graves allégations, accusant l’armée israélienne de meurtre. En violation du droit international, « les forces d’occupation israéliennes ont assassiné ce matin notre correspondante en Palestine, Shirin Abu Akleh, de sang-froid et à balles réelles », a indiqué la chaîne. Al Jazeera a appelé la communauté internationale à demander des comptes à l’armée israélienne.

L’armée israélienne a déclaré que les troupes avaient riposté après avoir essuyé des « tirs massifs » à Jénine. Il est possible « que les journalistes aient été touchés – peut-être par des tirs d’hommes armés palestiniens », affirme l’armée israélienne.

Le chef du bureau d’Al Jazeera à Ramallah, Walid al-Omari, a déclaré qu’il n’y avait pas eu de coups de feu tirés par des hommes armés palestiniens et a nié l’explication israélienne selon laquelle les tirs mortels provenaient du côté palestinien.

En réponse au meurtre du journaliste d’Al-Jazeera, Oussama al-Qawasami, porte-parole du parti Fatah à Ramallah, a déclaré qu’Israël voulait envoyer un message aux journalistes du monde entier « que le sort de ceux qui brisent la vérité en Palestine que la mort est ».

« Les forces d’occupation israéliennes ont assassiné ce matin notre journaliste bien-aimée Shirin Abu Akleh alors qu’elle couvrait sa brutalité à Jénine », a écrit Husam Zomlot, l’ambassadeur palestinien à Londres.

Les forces d’occupation israéliennes ont assassiné notre chère journaliste Shireen Abu Akleh alors qu’elle couvrait leur brutalité à Jénine ce matin. Shireen était la journaliste palestinienne la plus en vue et une amie proche. Nous allons maintenant entendre les « préoccupations » du gouvernement britannique et de la communauté internationale pic.twitter.com/M6lKTbceHJ

— Husam Zomlot (@hzomlot) 11 mai 2022

Les bureaux d’Al Jazeera dans la bande de Gaza ont été bombardés il y a un an pendant la guerre de Gaza de mai 2021. Le bâtiment abritait entre autres les bureaux de l’Associated Press. Des journalistes palestiniens et internationaux disent être régulièrement attaqués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est dans leur travail journalistique.

Les forces de sécurité israéliennes ont répondu à plusieurs attaques en Israël ces dernières semaines par des raids et des arrestations dans des villes et villages palestiniens. Selon le ministère palestinien de la Santé, plus de 20 Palestiniens ont été tués depuis fin mars.

Plus sur le sujet – Le Hamas menace d’attaques à la roquette : si Israël reprend les assassinats ciblés de ses dirigeants

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. Cela est possible car l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.





Source link