La Serbie présente le système chinois de défense aérienne — RT EN

30 avril 2022 15 h 59

Le président serbe a présenté le nouveau système de défense aérienne FK-3 importé de Chine lors d’un salon de l’armement. L’armée est en train d’être équipée de moyens modernes, selon Vučić. Les États-Unis avaient mis en garde la Serbie contre l’achat du système chinois.

Source : AFP © Andrej ISAKOVIC / AFP

La Serbie a présenté pour la première fois le système moderne de défense aérienne FK-3, récemment acheté à la Chine. « Nous avons récemment pu investir plus d’argent et, par conséquent, doter notre armée de moyens modernes », a déclaré samedi le président Aleksandar Vučić en marge d’un spectacle aérien et militaire à l’aéroport militaire de Batajnica, près de Belgrade.

Les États-Unis avaient averti la Serbie de ne pas acheter le système de défense aérienne chinois. Il peut se défendre contre les avions, les missiles et les drones et serait basé sur le système russe S-300. La Serbie avait déjà finalisé l’achat en 2019. La Chine a livré les premiers composants début avril. Cela avait fait grand bruit car à cette époque l’opération militaire russe contre l’Ukraine était déjà en cours.

Lors du spectacle à l’aéroport, l’armée serbe a également montré pour la première fois le système de défense aérienne russe Pantsir. La Serbie l’avait déjà acquis en 2020. Sous Vučić, le pays des Balkans a approfondi ses relations avec la Russie. Cependant, à l’Assemblée générale de l’ONU, Belgrade a accepté de condamner l’opération russe en Ukraine. Dans le même temps, il n’est pas disposé à se joindre aux sanctions illégales de l’UE contre la Russie.

La Serbie aspire à devenir membre de l’UE, mais pas de l’OTAN. Cependant, il participe au programme de Partenariat pour la paix (PpP) de l’OTAN. Comme Vučić l’a expliqué lors du salon militaire, il négocie actuellement avec la France, pays de l’OTAN, pour l’achat de douze avions de combat Rafale.

Plus sur le sujet – Poutine au chef de l’ONU: le Kosovo était le précédent pour le Donbass

rt/dpa

En bloquant RT, l’UE vise à réduire au silence une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site internet a été rendu plus difficile, plusieurs réseaux sociaux ont bloqué nos comptes. Il nous appartient maintenant à tous de savoir si le journalisme au-delà des récits traditionnels peut continuer à être poursuivi en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actif. Cela est possible car l’UE n’a pas interdit notre travail ou la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Cependant, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels » le 13 avril, l’Autriche a introduit un changement à cet égard, qui peut également affecter les particuliers. C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas partager nos publications sur les réseaux sociaux en Autriche tant que la situation n’aura pas été clarifiée.



Source link